Le week-end dernier se tenait à Londres le 24è Afro Hair and Beauty Show , salon célébrant la beauté et les tendances artistiques de la coiffure afro. De mon point de vue, l'événement était une réussite pour plusieurs raisons.
Tout d'abord, il réunissait de nombreux professionnels de la coiffure pour Noirs, mais permettait également de rencontrer des professionnels du maquillage et du soin de la peau pour Noirs. On avait donc une vision globale de l'étendue de la coiffure afro, qui nécessite, si on veut l'apprécier pleinement, son association avec l'art du maquillage.
Ensuite, on pouvait constater l'énorme affluence générée par le salon malgré son prix rédhibitoire. Il a réuni un nombre incroyable de femmes noires, en particulier des jeunes, toutes à l'affût des derniers produits tendances.
Enfin, des concours de toutes sortes étaient organisés: coiffure homme, coiffure femme, maquillage, défilé de mode, qui permettaient d'alerter l'oeil le plus désintéressé.

Ce qui en est ressorti, d'après moi, c'est que l'occidentalisation de la coiffure afro n'a jamais été aussi accrue. Pourtant, on a l'impression que la femme noire anglo-saxone s'est appropriée cette occidentalisation. Elle s'y épanouit et se sent d'autant plus noire. Elle est consciente de la vasteté que couvre la coiffure afro, de la grande diversité de ses styles, et n'hésite pas à aller explorer ceux-ci.
Bien plus que la femme noire française, je dirais que l'anglo-saxonne a intégré la coiffure afro comme outil d'affirmation de soi et de ses origines. Il fallait voir les coiffures que toutes ces jeunes demoiselles avaient faites avant de se rendre au salon. J'ai envie de dire qu'à côté de ça, les défilés de coiffure n'étaient rien, tant le public était un spectacle à lui tout seul.

Et donc, ce qui a manqué au salon, c'est ce côté africain de la coiffure, la présentation de cette tendance -certes mineure- au retour aux cheveux naturels. Sans doute, le salon aurait gagné à y mettre l'accent, d'autant qu'en la matière les styles ne manquent pas, et la demande en terme de soin de ce type de cheveux est plus que jamais là.

Un grand absent de ce salon: L'Oréal, et sa marque afro Softsheen Carson. Quand je demande à une professionnelle concurrente, la raison de leur absence, elle me répond dédaigneusement: "Sans doute que ce n'est pas rentable pour eux". Même Western Union, qui ne fait pas dans la cosmétique, était présent. A creuser...

P.S.: En ce premier week-end de juin, se tient à Paris le salon Boucle d'Ebène. Je ne peux malheureusement pas y participer. Si quelqu'un y est allé faire un tour, qu'il n'hésite pas à me suggérer ses remarques. Merci.