29 janvier 2011

Mon Okonkwo

Mon OkonkwoCe soir, de longues guirlandes de penséesSe couchent vers toi Elles ne me quittent pas, elles tracent des trainées D’amour pour me nouer à toi Mon Okonkwo J’ai les sens en douleur, en manque, Mordus par les démangeaisons Ton absence prolongée et sorcière M’obstrue les pores de la raison Mon Okonkwo Dans cette pièce aux murs glacés Mes ongles se crispent de ne pouvoir t’agripper Dans les allées marchandes et fades Mes paupières malades Palpitent de ne pas... [Lire la suite]
Posté par Tchim à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2006

Plaisirs de la table

Ils sont à table, se regardent. L'un attrape un fruit et l'introduit dans la bouche de l'autre. Tour à tour, ils jouent. Ils sont tombés amoureux l'un de l'autre sans savoir pourquoi. Impossible pour lui de résister à ces courbes. Elles sont sensibles, voluptueuses, intelligentes. Impossible pour elle de vaincre ce regard. Un bref échange et la magie de ses yeux rend le monde d'une simplicité radieuse, d'une évidence crue.La danse continue, un second morceau de fruit, une noix de crème glacée, une goutte de son alcool préféré, le... [Lire la suite]
Posté par Tchim à 14:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2005

Petit homme

Petit homme quand tu seras grandMontre à tes enfants la beauté de ton continentRaconte leur les rires que ta terre te prodiguaitMurmure leur aux oreilles les contes sacrés Dis leur combien ton continent sur toi veillaitEnumère les fois où devant la façade, assisLe coucher de soleil te souriaitLa lune te souhaitait bonne nuitPetit homme quand tu grandirasDécris les empires qui ont façonné de ce continent la gloireVénère les ancêtres qui ont fait de cette terre ton héritageIls sont les protagonistes de l'histoireIls font du passé et... [Lire la suite]
Posté par Tchim à 10:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 septembre 2005

Question existentielle

Un soir, alors que je m'apprêtais à aller me coucher, une question existentielle vint toquer à la porte de ce qui me sert de cerveau. Malgré ma fatigue, cette tête de mule de cervelle a insisté pour qu'on la fasse entrer. Il faut toujours qu'elle me cherche, celle-là. Je ne comprends pas, c'est toujours au mauvais moment qu'elle décide de me déranger. Je ne sais jamais quand cette carverneuse se repose, pour la simple et bonne raison que, soit elle ne se repose pas, soit quand elle daigne se ménager quelques heures, je suis moi-même... [Lire la suite]
Posté par Tchim à 11:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 juillet 2005

Lutte

Je ne veux plus vivre ces moments où la raison lutte contre le coeur. C'est comme si ton moi et ton moi s'affrontaient l'un l'autre, à en devenir cinglée. Que ces deux là cessent de se chamailler et se mettent d'accord une fois pour toute! Leur querelle m'empêche de dormir, les cris et les insultes font monter en moi la tension. Au vu de mon état nerveux, je manque moi-même de prendre part à la rixe. Parfois, certains coups se perdent et m'atteignent. Assommée, je tombe. Très bas. Difficile pour moi de me relever. Soudain, le sang... [Lire la suite]
Posté par Tchim à 00:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 juin 2005

Quand la mort frappe...

Ils sont jeunes. Ils avaient toute la vie devant eux. Ils sont pleins de vie, d'énergie, d'insouciance, d'immaturité. Ils étaient farouchement amis. Cette amitié sincère, désintéressée, pure, à la fois fragile et solide, qui a, en un sens, la solidité de la fragilité. Ils étaient compatriotes en terre étrangère, en France, doublement unis par cette réalité. Ils se sont séparés Vendredi dernier. Etaient censés, comme à l'accoutumée, se retrouver Lundi, avec beaucoup de plaisir, plaisir d'autant plus grand que la fin de l'année allait... [Lire la suite]
Posté par mitnick à 01:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

19 juin 2005

le livre, le libraire...

J'aime les livres; non le livre. J'aime tout dans le livre. Son parfum corporel. La fragrance de ses pages. Le bruit, léger,subtil, délicat, noble, qui retentit, non surtout pas, qui affleure, lorsqu'on tourne une page. J'aime l'idée de posséder, ou plus exactement - car on ne possède pas le livre - d'avoir en ma possession le livre. J'aime toucher le livre, le humer, penser que je vais m'en délecter, ou pas d'ailleurs. Car en bon aficionado, plus encore que le plaisir de la lecture, la perspective de me procurer le livre constitue la... [Lire la suite]
Posté par mitnick à 12:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
17 juin 2005

Dialogues contrastellaires

Bonjour. Cet essai n'a rien à voir avec les événements cinématopgraphiques du moment. Je ne suis pas fan des films Star Wars. DE MARS A LA LUNE   - Maman, est-ce qu’on pourra retourner sur la Lune pendant les grandes vacances ?   - Je ne sais pas mon chéri, ça dépend de si ton père peut t’accompagner et de si tu as de bonnes notes en Anagronmétrie.   - Il y a un de mes potes qui voudrait venir sur Mars pendant les petites vacances. On pourrait l’héberger, qu’est-ce que tu en dis ? Il s’appelle Þ¥Ħ. ... [Lire la suite]
Posté par Tchim à 01:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mai 2005

Oreiller, berceau de mes rêves!

C'est un petit texte de mon invention que j'aimerais publier dans ce blog. Je te quitte ce matin avec beaucoup de regret tu sais. J'espère que notre pacte restera en vigueur jusqu'à ce que je te retrouve ce soir. Je ne voudrais pas que tu aies divulgué le contenu de mes rêves. Je n'ai trouvé que toi pour en être le témoin. Tu es le plus doux, le plus fidèle, le plus silencieux. Jamais tu ne me déranges pendant mon sommeil. Toujours tu berces mes nuits.Je n'aime pas quand parfois tu décides de te déformer. Je suis alors obligée de... [Lire la suite]
Posté par Tchim à 23:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 mai 2005

Prédateur

Voici mon unique poème que j'aimerais partager avec vous. Prédateur Mon esprit est aveugle, hanté par ton visage Mes pensées envolées, noyées dans les mirages Tu m’as subtilisé la maîtrise des songes Tes charmeuses de griffes me détiennent et me rongent. Tu visites mes nuits nonobstant mon avis L’arrogance se teint sur mon songe éveillé Malgré moi tu trahis une amoureuse envieDe fixer du regard tes yeux purs, éthérés. Ton visage est une lueur dans ma pénombre Mon cœur te réclame,... [Lire la suite]
Posté par Tchim à 00:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]